Larve de libellule parasitée ?

Posted on

Dans ce dernier cas, plusieurs petites guêpes peuvent se développer dans la même chenille.

En effet, elle pique une coccinelle dans le dos pour lui injecter ses oeufs directement dans l’abdomen. Mais celui de la coccinelle Coleomegilla maculata est particulier : lorsque la larve de guêpe parasitoïde Dinocampus coccinellae sort de l’abdomen de la coccinelle parasitée, celle-ci la protège de son corps. Cette guêpe a besoin d’un hôte pour protéger ses oeufs contre les prédateurs potentiels. Après l’éclosion de l’oeuf, la larve se dirige vers l’abdomen de la coccinelle pour y faire son cocon. La C.rubecula produit un ver énorme, mais elle n’en pond qu’un seul dans chaque chenille. Alors que les larves parasitoïdes se développent dans une chenille, elles suppriment le système immunitaire de leur hôte et contrôlent sa croissance et son métabolisme pour leur propre bénéfice. Comme effet secondaire, elles changent aussi les produits chimiques dans la salive de la chenille. Le mélange produit en réponse à une chenille parasitée par la C.glomerata partage seulement 40 % de ses ingrédients avec celle produite par une chenille parasitée par la C.rubecula. Une chenille peut jouer l’hôte de deux, trois, peut-être même quatre niveaux de parasites.

Larve de libellule parasitée ?

  • Anti mites alimentaires
  • Insectes auxiliaires parasitoïdes
  • Période d’utilisation : toute l’année
  • Conditionnement : lot de 4 diffuseurs + notice + calendrier
  • Conservation : au réfrigérateur à 5°
  • Aucun impact négatif sur l’environnement

Cette guêpe ne pond ses oeufs que dans les fourreaux de graviers et de débris végétaux construits par les larves de certains trichoptères.

» Les scientifiques pensent que ce changement de comportement est dû au venin laissé par la larve dans le corps de la coccinelle. Les oeufs des Microgasters sont pondus soit sur les oeufs soit sur les jeunes chenilles. Le Ptéromale des chrysalides (Ptéromalus paparum), quant à lui, pond ses oeufs dans les chenilles prés de la nymphose, surtout celles des pierides. Là, ils ingèrent sans le savoir les oeufs de larves de ces vers qui commencent à se développer dans l’organisme de leur hôte. Le cycle de reproduction de cet insecte commence lorsqu’une guêpe pond ses œufs dans un bébé chenille sans défense. Une fois que les larves ont atteint leur pleine croissance, elles sortent de la chenille pour s’enfermer dans une chrysalide. En fait, lorsque ce parasite infecte une larve, il fait en sorte que la larve change de couleur pour virer au rouge vif. Mais ces chenilles constituent un milieu hostile : elles sont pourvues d’un système de défense efficace qui forme une capsule de cellules immunitaires autour d’un corps étranger. Pour contourner ces défenses, au moment de la ponte dans la chenille, les guêpes injectent des particules fabriquées dans leurs ovaires.

Quels sont les traitements efficace contre la chenille ?

  • 4 diffuseurs de Trichogrammes, pour 4 semaines
  • 1 notice d’utilisation
  • 1 calendrier pour le suivi du traitement permettant de noter les jours de mise en place des diffuseurs

Plus de vingt gènes différents codant pour des composants caractéristiques des nudivirus -des virus d’insectes utilisés en lutte biologique- sont exprimés dans les ovaires de la guêpe.

Les larves se développent ensuite dans le sang de la chenille, en consommant celui-ci. Chenille parasitée par des larves de Elle mange les tissus internes de la chenille ce qui finit par la tuer alors que la larve se transforme en chrysalide. En l’occurrence ici, il s’agit de la guêpe Cotesia glomerata qui a pour particularité de se reproduire en… implantant leurs larves à l’intérieur de certaines chenilles. Les guêpes captent alors ce signal et en profitent pour s’approcher de la chenille, la piquer et y implanter ses œufs. Tandis que les larves ont formé leur cocon, la chenille forme une couche supplémentaire, qu’elle utilise normalement pour former son propre cocon. Car si les feuilles et les racines de vos légumes sont un met de choix pour les chenilles, celles-ci sont aussi un met de choix pour certaines espèces. Mais faites attention à cette même chaîne alimentaire si vous avez un chat… Des personnes utilisent un autre moyen pour se débarrasser des chenilles : le piège à phéromones. S’il faut avoir un avisé pour les repérer, on pourra noter la caractéristique de ces chenilles qui est de s’enrouler sur elles-mêmes quand elles sont touchées.

La guêpe qui utilise les coccinelles pour protéger ses oeufs (Dinocampus coccinellae)

  • Mots-Clés : DEGAT PARASITAIREINSECTE AUXILIAIREINSECTE RAVAGEUR
  • Pathogène(s) : Cotesia glomerataPieris brassicae
  • Auteur : Villeneuve François
  • Date du cliché : 05/06/2002 22:00:00
  • Dimensions : 2560 x 1920 (72 DPI)
  • Poids :
  • Type de fichier : jpg
Le meilleur traitement dans la lutte contre les chenilles défoliatrices est d’intervenir dès l’apparition des jeunes chenilles pour éradiquer leur croissance et leur propagation.

CTIFL–1920-Chenille parasitée En Équateur, 24 nouvelles espèces de petites guêpes parasitoïdes ont été découvertes : elles ont la particularité de momifier les chenilles de papillons qu’elles parasitent. Les guêpes Aleiodes sont des parasitoïdes des chenilles de papillon vivant dans la forêt tropicale. La chenille, larve de la noctuelle, est un ravageur important d’un très grand nombre de plantes annuelles et pérennes. La larve, petite chenille, se nourrit de végétaux et mue plusieurs fois avant d’atteindre la taille de 5 centimètres environ. Mais la chenille utilise également une arme chimique, pour diminuer, croit-elle, les défenses de la plante. Et cette dernière arrive pour pondre ses oeufs dans le corps de la chenille! Mais bien curieuse stratégie pour la chenille qui signe ainsi son arrêt de mort. Pour se reproduire, les guêpes de la famille des braconides doivent pondre leurs œufs dans des chenilles qui servent à l’alimentation des larves pendant leur développement et jusqu’à leur maturité. Pourvues d’un système de défense efficace qui forme une capsule de cellules immunitaires autour d’un corps étranger, ces chenilles hôtes constituent un milieu hostile pour les larves.

Chenille de piéride du chou parasitée par Cotesia glomerata

Pour contourner ces défenses, les guêpes injectent au moment de leur ponte, des particules nommées bracovirus qui pénètrent dans les cellules de la chenille.

Les gènes qu’ils portent sont exprimés par l’hôte et induisent une immunosuppression et le contrôle du développement de la chenille, permettant aux larves de coloniser cet hôte. La larve bondit sur la guêpe, s’enfouissant dans son abdomen, où elle se nourrira du sang de son hôte. Larve de guêpe dans l’abdomen de la coccinelle La guêpe parasitoïde a une vie tout fait normale… jusqu’à ce qu’elle doive pondre ses œufs. Transcription : Notre chenille parasitée, a passé les derniers douze jours à se goinfrer. La peau épaisse de la chenille devrait être une barrière solide pour les larves parasitaires. Mais la chenille parasitée, va tisser son propre cocon, autour des larves de guêpes, leur donnant alors une couche supplémentaire de protection. Trempez une larve d’un insecte quelconque dans le sang de la chenille, et celle ci meurt dans d’atroces souffrances, perforée, attaquée et phagocytée de toute part. Mais comment se fait-il que les PDV ne puisse pas se multiplier dans les cellules de la chenille qu’ils infectent ? Du coup, l’ADN des PDV a beau être répliqué dans les cellules de la chenille, sans empaquetage, il reste inerte et ne se transmettra pas ailleurs. La mise en élevage de 18 chenilles de Paon-du-jour a abouti à l’émergence de 16 papillons relâchés dans la nature, dans le champ d’orties où les chenilles se sont nourries. Dans la guerre entre le parasite et son hôte, la guêpe parasite, Aphidius ervi, et le puceron vert du pois, Acyrthosiphon pisum, sont enfermés dans une bataille pour la survie. Pour cela, elles utilisent des stratégies originales faisant intervenir des virus, qui leur permettent de contrer les défenses immunitaires des chenilles. Ces particules produites par les ovaires accompagnent les œufs de la guêpe et les protègent contre les défenses immunitaires de la chenille dans laquelle ils sont pondus.